Roger PLIN
(1918 - 1985)
sculpteur, dessinateur, graveur, céramiste, enseignant
Sculptures       Dessins

Biographie

1918 : Naissance le 19 mai à Fontenay-Trésigny dans la Brie. Passe son enfance entre Marles et Verdelot.

1932-1936 : École Boulle, atelier de monture en bronze, Paris.

1937-1938 : École Supérieure des Arts Décoratifs, Paris.

1938-1940 : École des Beaux Arts de Paris, Atelier de sculpture Jean Boucher.

1942-1944 : École Nationale de L’Enseignement Technique, Paris. Conservatoire National des Arts et Métiers, Paris. Fréquentation de la Grande Chaumière (ateliers Auricoste et Zadkine), et de l'atelier de céramique Talbautier-Martin; y apprend la technique du tour, la céramique et les émaux. Il fréquente aussi l’Académie Julian (atelier Zwobada). Sa rencontre avec Jacques Zwobada, sculpteur, dessinateur, (1900-1967) est déterminante ; il se remet totalement en question, tant en dessin qu’en sculpture. Ce dernier lui prodigue des conseils et lui transmet des connaissances qui lui viennent du sculpteur Charles Malfray (1887-1940) ; lui-même en a hérité du sculpteur Charles Despiau (1874-1946)...

1945 : Loue un atelier au 29, rue des Boulets à Paris ; il y travaille la céramique; il y possède un four. Réalise pendant cette période de très nombreuses céramiques émaillées aux thèmes variés, qu'il commercialise. En dessin, il pratique activement l'étude de nu dans les diverses académies qu'il fréquente.

1946 : Mariage avec Lucienne Duchaussoy.

1947 : Naissance de son fils Frédéric.

1951-1968 : Est nommé Professeur à l’École des Arts Appliqués à l’Industrie de la rue Dupetit-Thouars à Paris. Durant cette période il est en contact étroit avec Zwobada notamment lors de sorties pour l’étude des animaux au zoo de Vincennes, et au Jardin de Plantes. Il enseigne à de très nombreux élèves qui entreront aux Beaux-Arts de Paris et se sont faits, à présent, un nom dans le monde de l'art.

1957 : Aménage son nouvel atelier, dans un ancien garage automobile, à Dammartin-sur-Tigeaux dans la Brie. À la pratique de la terre cuite s’ajoutent désormais la taille du bois, de la pierre, le travail du plâtre, la ciselure de ses bronzes. Il commence une série de monuments qui orneront différents sites et églises de la région : Crécy-la-Chapelle, Faremoutiers, Melun, Verdelot, Pommeuse, Tournan-en- Brie… mais aussi au-delà, dans d’autres villes de France: Abbeville, Briançon… En quelques années son évolution est fulgurante, tant en dessin qu'en sculpture. Son art s'amplifie et ses thèmes se varient encore davantage. Son intérêt pour l'histoire du dessin et celle de la sculpture ainsi que sa fréquentation de hautes personnalités (Bachelard, Francastel…) de l'art n'y sont pas étrangers. Sa filiation avec la période contemporaine est évidente, même s'il y a prégnance de périodes artistiques beaucoup plus anciennes dans ses goûts : baroque, romane, grecque archaïque, assyrienne, préhistorique...

1961 : Il participe à des expositions collectives, et organise, jusqu'à sa disparition, de très nombreuses présentations de ses oeuvres tant en France qu'à l'étranger : Espagne, Portugal, Angleterre, Allemagne.
Première exposition personnelle à la galerie Paul Cézanne. Le catalogue est préfacé par le philosophe Gaston Bachelard.

1963 : Débute une très grande série de médailles coulées, qu'il cisèle lui-même.

1965 : Publication du recueil « Nus » préfacé par Gaston Bachelard ; le philosophe qui avait eu ses dessins en mains l’avait invité à les regrouper au sein d’un album.

1969-1983 : Est nommé Professeur à l’École Nationale Supérieure des Beaux Arts de Paris. Atelier de dessin-composition au Cours Yvon. Il a comme collègues : Etienne-Martin, Bertholle... Pendant ces quatorze années, il forme un très grand nombre d’élèves qui rendent tous hommage à son très grand talent d’artiste, et à son don totalement hors normes pour la transmission de son savoir et l’émulation de ses disciples ; intransigeant sans être décourageant, il sut toujours les guider, peintres ou sculpteurs, sans perdre le fil de leur évolution.

1976 : Sa passion pour la musique classique ainsi que sa fréquentation assidue des musiciens et des orchestres l’incitent à créer un très grand nombre de dessins sur le sujet, à l'unité stylistique parfaite (mine graphite), qui l’amènent à éditer le recueil « Musiques », préfacé par son ami l’Abbé Jean Perrin. Il fait installer une presse pour pratiquer la gravure et il crée avec maîtrise un grand nombre de planches, à la pointe sèche; il pratique aussi parallèlement la lithographie. Remariage avec Françoise Verdes.

1977 : Expositions à la Commanderie des Templiers (Coulommiers), et aux Archives Départementales de la Préfecture de Melun.

1978 : L’assidu Jean Perrin, son principal biographe lui consacre un livret très important dans Revue d’Histoire et d’Art de la Brie et du Pays de Meaux.

1984 : Publication du recueil « Empreinte » consacré à ses dessins de nus.

1985 : 1er novembre : Décès tragique de l'artiste dans son atelier de Dammartin-sur-Tigeaux.

Biographie et crédit photographique du sculpteur Philippe ARNAULT
Mention obligatoire en cas de reproduction totale ou partielle.
Autres crédits photographiques : Gérard Courtin et Jacqueline Delianne
« Ce texte est publié sous licence Creative Commons Paternité-Partage des Conditions Initiales à l'Identique 3.0 Unported »


   
Médailles Gravures
   
Monuments Actualités Juin 2013
 
 
La vie de Roger Plin (photos, film) Textes en hommage à Roger Plin
 
    Contacts
   

Témoignages